Débuter la méditation

La méditation est la partie de la pratique qui effraie le plus. Pourtant c’est également le côté de la pratique qui ne nécessite rien du tout, pas de condition physique particulière, pas d’accessoires, pas de connaissances, pas d’expérience. Vous n’avez besoin de rien. Alors pourquoi tant de personens abandonnent dans cette pratique ? Car beaucoup pensent que méditer veut dire « ne penser à rien ». On ne s’arrête de penser que lorsqu’on est mort c’est donc impossible d’arrêter les pensées de son vivant. Par contre, il est possible de ralentir le flux de pensées, de tourner ses pensées vers un seul objet, de canaliser son mental.

FACILITER SA MEDITATION
Pour faciliter votre méditation, vous pouvez créer un coin méditation dans votre chambre ou votre salon où vos affaires seraient déjà prêtes, un coussin que vous aimez bien, une couverture, une bougie, une améthyste, etc. Cela peut vous préparer d’avantage à la méditation.

PLANIFIER SA MEDITATION
Trouvez votre moment de la journée le plus propice à la pratique. Si vous êtes quelqu’un de très stressé le matin, peut-être vaut-il mieux méditer avant le coucher. Si vous avez une journée très chargée, choisissez de méditer 10 minutes pendant votre pause déjeuner, etc. Prévoyez 5, 10, 15 ou 20 minutes dans votre journée pour la méditation. Cessez de dire « je n’ai pas le temps de méditer ». 10 minutes dans une journée, ce n’est pas grand chose, avouez le…

TECHNIQUES DE MEDITATION
Méditer sur la respiration
Vous observez simplement votre respiration. Vous pouvez en énumérer tout les détails, vous pouvez compter le nombre de secondes sur l’inspiration et l’expiration, vous pouvez faire un décompte de vos respirations par 5 ou 10, vous pouvez également vous répéter une phrase de votre choix à chaque respiration : j’inspire le calme, j’expire l’anxiété.

Méditation par l’attention
Ici, vous focalisez votre attention sur un détail qui vous est agréable. Cela peut être une musique (vous pouvez par exemple mettre une musique douce de 10 minutes et garder votre esprit sur la mélodie tout le long de la musique, ainsi vous aurez médité 10 minutes sans vous en rendre compte), le chant d’un oiseau, le vent, la pluie… Vous pouvez également méditer sur un objet : une bougie, une pierre, une plante, une photo…
Choisissez un détail qui vous entoure et portez votre attention dessus. Observez quelle est votre réaction face à ce son ou cet objet.

Observer son état intérieur
Je commence chacune de mes méditations en faisant un état des lieux, ça me permet de me centrer. Notez vos sensations physiques, agréables ou désagréables. Relevez votre émotion prédominante du moment, qu’elle soit positive ou négative, accueillez-la et acceptez-la. Observez votre état mental, êtes vous calme ou agité ? Si le mental est agité, constatez-le et acceptez-le. Durant un certain lapse de temps, restez à l’écoute de tout ce qui peut se passer, une douleur, un muscle qui se relache, une émotion qui resurgit, un souvenir douloureux, une musique. Vous restez observateur sans jamais créer d’intéraction avec ce que vous observez.
La pleine conscience
La pleine conscience c’est un peu tout ça à la fois. C’est être conscient de son état intérieur et de ce qu’il y a autour à cet instant présent. être conscient ne veut pas dire être dérangé par ce qu’il y a autour. Vous êtes simplement conscient qu’une moto passe dans la rue, qu’un oiseau chante, qu’une tension arrive dans le dos, que votre respiration est plus profonde, que le voisin passe l’aspirateur, etc. Vous observez et acceptez l’instant tel qu’il est.

QUE DOIS-JE FAIRE LORSQU’UNE PENSEE OU UNE EMOTION SURVIENT ?
Dans un premier temps vous constatez ce qui émerge. Ne cherchez pas à combattre une pensée car vous créez une résistance et cela vous fait sortir immédiatemnt de la méditation. Au contraire, aceptez cette pensée : « je pense à ma fiche d’imposition ». Prenez une grande respiration et laissez partir cete pensée.
Je compare souvent le mental au ciel. Le ciel est toujours bleu, même quand on le voit gris, il est simplement recouvert de beaucoup de nuages. Mais en dessous de cette épaisse couche de brouillard, le ciel reste bleu. Lorsque le vent souffle, les nuages passent et on aperçoit à nouveau le ciel bleu. Chacune de vos pensées est un nuage. Le vent est votre lâcher prise face à une pensée. Accepter une pensée ou une émotion est la première étape pour lacher prise. Vous devez accepter d’être agité, tourmenté, en colère, anxieux avant de pouvoir calmer l’esprit.

LES 3 RESISTANCES A LA MEDITATION
Méditer au mauvais moment
Le moment de la journée où l’on choisi de méditer est très important. Si l’idée de vous lever 10 minutes plus tôt pour méditer vous énerve, préférez le soir. Si l’organisation familiale du soir n’est pas propice à la détente, préférez le matin. Et si tout est plus calme au bureau, isolez-vous dans le placard a balais et méditez !
Se mettre trop de pression
Cela fait 6 mois que vous méditez et vous n’arrivez pas à méditer plus de 20 minutes ? D’habitude vous méditez 15 minutes et aujourd’hui vous n’en avez fait que 5 et ça vous a semblé une éternité ? Arrêtez de vous mettre dans de pression. La méditation est un moment de gratitude envers la vie, un moment où vous célébrez la vie en portant toute votre attention sur elle, alors pourquoi ne pas simplement en profiter ? Si vous prenez 10 grandes repirations en étant pleinement conscient de chacune de ces respirations, alors vous méditez, et c’est déjà très bien !
Ne pas méditer lorsque l’on se sent mal
La grande erreur du méditant débutant est de méditer quand tout va bien mais le jour où une contrariété pointe le bout de son nez, le nouveau méditant n’a plus l’envie de méditer. Et bien c’est précisément au moment où ça ne va pas qu’il faut faire une séance. Car c’est la méditation qui vous aidera, petit à petit, à trouver la clareté de l’esprit. Méditez quand vous allez bien, c’est très bien mais méditer quand vous êtes déprimé ou en colère ou triste, c’est nécessaire ! En somme, méditez tous les jours 🙂

MEDITATION GUIDEE AUDIO
Vous trouverez ci-dessous une méditation, je parle peu pour que vous apprivoisiez le silence mais je vous guide tout de même tout le long.
La musique utilisée est Still light on water de Ashana. Vous pouvez faire une transition de cette méditation avec voix, vers la musique seule jusqu’au silence total.
Bon voyage !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s